Patrimoine

Consultez l’historique des principaux éléments de patrimoine de la Ville de Carbon-Blanc en cliquant sur les liens ci-dessous…

Le Parc Favols

Initialement, le parc Favols est un domaine viticole qui a évolué au gré du temps pour finalement être acheté par la ville en octobre 1981.

Au niveau du bâtiment, nous avons dans la première aile, une salle de cinéma et spectacles avec loges est ouverte en 1987, voisinant avec les locaux de l’école de musique. L’aile droite est entièrement réservée à la Médiathèque, inaugurée le 13 octobre 1990 par Laurent Fabius. Il fallait aussi se « faire une beauté » : ce sera en 1993 et 1995 avec l’aménagement du parc dans son état actuel. En 1998, est inaugurée la 3ème aile et sa grande salle polyvalente. Et nous voici arrivés au 10 février 2007 dans la nouvelle « Maison Pour Tous Ludovic Trarieux ».

 

Moulin de Bellevue

Une propriété comprenant une maison, un moulin et un parc. Située rue Pasteur, il est vraisemblable que sa construction ait commencé à la fin du 18ème siècle et se soit achevée au 19ème siècle.

Au départ existait une ferme. La carte de Belleyme et le cadastre en 1824 mentionnent cet ensemble bâti avec le Moulin au lieu dit Belle-Vue. Le logis est de plan rectangulaire. Le moulin est en moellon. Malgré un environnement urbanisé, cette maison a conservé son aspect propre au 18ème siècle.

A l’origine, Carbon-Blanc était un territoire agricole avec des céréales, la culture de la vigne et des arbres fruitiers (dont le quartier de Fleurette). Le moulin qui trône encore sur la colline, point culminant de la commune, n’était pas le seul. On en dénombrait cinq utilisés par les paysans de Carbon-Blanc. Des moulins à eau sur le ruisseau du Gua et celui de la rue Pasteur qui était un moulin à vent.

« Le saviez-vous ? »
Le 
domaine de Bellevue préempté par la Communauté Urbaine de Bordeaux (aujourd’hui Bordeaux Métropole) pour la Ville de Carbon-Blanc accueille la « Maison de la Petite Enfance ». Le Moulin sera également restauré, avec ses ailes, afin de permettre des actions éducatives avec les élèves des écoles.

 

Maison pour tous

Ancienne propriété Francolomb et Tournadre (mère et fille), cette propriété était vouée à la vente pour la construction d’immeubles ou pour des lotissements.

La municipalité de l’époque  fit le nécessaire pour que cette propriété n’échappe pas à la commune. La société de HLM de la Gironde racheta l’ensemble de la propriété.

Dans un premier temps, cette société rétrocéda à la commune la maison et environ 4,5 hectares de terrain.
L’immeuble devint le Centre Culturel Favols, les 4,5 hectares, le Parc Favols. Le reste de la propriété fut utilisé par la société HLM pour faire la Zone d’Activités de la Mouline (ZAC ; sauf la partie de terrain sur lequel se trouve la résidence Abélia).

Vous connaissez peut-être la suite…

La Ferme était une dépendance de la propriété Favols, propriété viticole. Il n’était pas possible de conserver plus longtemps les préfabriqués (qui certes ont été très utiles) pour abriter les services du Bureau de la Vie Locale, le Bureau Information Jeunesse… Le devenir de la « la Ferme » passait par une réhabilitation du bâtiment afin d’abriter le Service Jeunesse Sport Culture Vie Locale et d’y aménager un lieu de rencontres inter-générationnelles.

 

Château Brignon

Son époque de construction date du 17ème siècle (pour le début) mais elle a été complétée au 19ème siècle.

Le « 1893 » inscrit au-dessus de la porte d’entrée de la grande salle, nous le laisse penser. En effet, cette ancienne maison, datant du 17ème siècle, est mentionnée sur la carte de Belleyme. Le logis principal et le jardin furent transformés au 18ème siècle et les dépendances agricoles furent reconstruites à la fin du 19ème siècle comme semble l’indiquer la date 1893 portée au-dessus de la porte.

Le gros œuvre est en pierre de taille et en moellon. Il y a à l’intérieur un étage avec un très bel escalier.

Aujourd’hui : Pôle économique

Aux portes de Bordeaux, situé au Château Brignon à Carbon Blanc, le Pôle économique propose un appui à la création d’entreprises et au développement, articulé en 4 pôles d’activités. Une structure créée par la ville de Carbon-Blanc en partenariat avec Bordeaux Métropole à travers l’implantation d’une pépinière d’entreprises et d’un centre de compétences à la formation de chef d’entreprise. Notre structure est orientée vers la création, la formation et l’encadrement d’entreprises liées à des activités innovantes et des services à haute valeur ajoutée. Et l’accompagnement des personnes en recherche d’emploi, en reconversion professionnelle.

  • Notre objectif : accompagner et soutenir les porteurs de projet, créateurs d’entreprise, demandeurs d’emplois et/ou en reconversion professionnelle à structurer et développer leur projet.
  • Notre mission : être un véritable tremplin stratégique pour le développement et la compétitivité du territoire.

 

Contact : 06 37 12 34 50 – contact@comuneparenthese.fr

 

Location de salle

La grande salle du Château Brignon est disponible à la location

Infos et réservations au 05 57 77 68 82.

 

Eglise Saint-Paulin

La construction de l’église Saint-Paulin date du début du 19ème siècle. C’est une église néogothique dont la construction est liée à la construction de la commune de Carbon-Blanc. Au début, c’est  une chapelle bâtie en 1847. Le clocher est dessiné par Pierre Labbe, commencé en 1848 et achevé par une flèche en 1852. Le transept et les sacristies sont bâtis en 1864. elle fut restaurée en 1993. Elle est en pierre de taille et briques.

Elle possède de magnifiques vitraux qui ont eux aussi une histoire : les premiers vitraux (ceux du chœur et de la chapelle) sont posés en 1867. Ils sont l’œuvre d’Emile Thibaud, maître verrier.  En 1877, sont installés les vitraux de la nef et de la tribune. Ils sont l’œuvre de Joseph Villiet, élève d’Emile Thibaud.

Et enfin, en 1890 le vitrail des fonts baptismaux est posé. Il est l’œuvre de Dagrand, élève de Villiet. Trois générations donc de maîtres verriers ont oeuvré dans la même église, ce qui est assez rare. Sur le vitrail des fonts baptismaux figurent deux enfants de chœur. L’un d’entre eux est Antoine Rolland, natif de Carbon-Blanc.

Des vitraux conçus sur 3 générations

En 1848, l’église Saint-Paulin qui n’était encore qu’une chapelle est bénie mais ce n’est qu’en 1867 que sont posés les vitraux du choeur et des chapelles. Ils sont offerts par Monseigneur Donnet et sont l’oeuvre d’Emile Thibaud, maître verrier très réputé de Clermont-Ferrand. Ceux du choeur représentent Saint-Paulin et son épouse Théréza au moment de leur conversion, puis distribuant leurs biens aux pauvres, le baptême de Saint-Paulin et différents aspects de sa vie. Dans les chapelles latérales, la Vierge Marie et Saint-Paul sont représentés.

 

Ce n’est qu’en 1872 que sont commandés les vitraux de la nef et de la tribune dont les couleurs sont remarquables. Posés en 1877, ils sont l’oeuvre de Joseph Villiet, élève d’Emile Thibaud venu s’installer à Bordeaux et réputé pour son art de coloriste. Les vitraux de la nef nous relatent quelques épisodes de l’histoire locale liés à l’abbaye de Bonlieu : le Seigneur de Montferrand confie l’édification de l’abbaye du frère Sicaire, Aliénor d’Aquitaine rend visite à l’abbaye ; le pape Clément III apporte la bulle de canonisation de Saint-Sicaire, enfin Dunois compagnon de Jeanne d’Arc se serait également rendu à l’abbaye à plusieurs reprises. Le très beau vitrail de la tribune représente Saint-Paulin sur son lit de mort, entouré de ses amis Saint-Martin et Saint-Janvier. Ces vitraux ont été offerts par des paroissiens.

 

Il faut attendre 1890 pour que le vitrail des fonts baptismaux soit posé. Il représente l’Abbé Pellissier, premier curé de la paroisse montrant au Cardinal Donnet la maquette de son église à terminer. Trois enfants de choeur entourent le prêtre : l’un deux est Antoine Rolland, natif de Carbon-Blanc, qui deviendra prêtre qui finira ses jours au sein de sa famille. Ce vitrail est l’oeuvre de Dagrand, élève de Villiet. Il est remarquable et assez rare, que les oeuvres de trois générations de maîtres verriers (Thibaud, Villiet et Dagrand) soient exposées dans la même église.