[Aller au menu]

Alain Daney

Portrait d' Alain Daney, retraité carbonblanais et passionné du bois (Carbon-Blanc Magazine n°110)



Originaire de Villandraut, Alain Daney est d’abord instituteur pendant 6 ans dans les Ardennes. Il débute sa carrière comme instituteur dans les Ardennes. Au bout de quelques années, ayant le mal du pays, il décide de revenir dans la région, abandonne son métier et se reconvertit dans la fonction publique. Aujourd’hui, c’est un jeune retraité de la Cub.


D’où vient cette passion pour le bois ?

« J’ai toujours eu envie de travailler le bois…Est-ce lié à mes origines presque landaises ? Après le certificat d’études, je suis rentré au CES à Langon… Tous les 15 jours, un menuisier venait avec son vélo et nous apprenait
à faire des assemblages… Je me suis lancé bien plus tard en autodidacte avec des ouvrages… Puis j’ai acheté un tour à bois… Mes premiers objets étaient des quilles, des toupies, des pots à crayon…
Progressivement, j’ai commencé à créer des personnages, des boites à couvercles, des fruits… mais aussi des chats, des tortues. Je laisse tout à l’état naturel… Je travaille surtout du hêtre, du frêne, je récupère beaucoup
de bois de chauffage…

D’abord, je prépare des « ébauches » en dégrossissant le bois. Ensuite, je laisse sécher le bois pendant plusieurs mois… Le travail est délicat : le bois doit être disposé dans les courants d’air et à l’abri du soleil… Je prépare déjà le bois prévu pour le marché de Noël de 2009… Je travaille également l’acacia qui est un très beau bois avec de très belles fibres et aussi un peu de bois exotique (iroko ou sipo).

A force de fabriquer des objets, mes proches m’ont incité à tenir des stands sur des marchés de Noël. J’en offrais à toute ma famille. Jamais je n’aurais imaginé vendre mes objets ! Cela me permet de parler de mon travail, d’aller à la rencontre des gens, d’avoir un retour positif et de partager ma passion. J’ai toujours un petit pincement au coeur de voir « partir » mes créations, même si je suis très heureux duplaisir de mes clients. Une sorte de retour à l’enfance. Je vis cette passion le plus possible au quotidien. Les clients sont souvent fascinés
lorsque je façonne des objets… Les personnes se laissent portées par leur imagination et sont souvent surprises du résultat !

Mes ventes me permettent d’acheter de nouveaux outils. Les toupies sont plébiscitées : elles ont un aspect magique, de par le côté objet-vivant (sans piles !). Les personnages plaisent également beaucoup. Je fabrique de plus en plus de bijoux avec des incrustations. J’aime la notion de défi, de détail, un vrai artisanat. »

Vous faites également des démonstrations dans les écoles ?

« Une connaissance cherchait des tricotins… je lui en ai fabriqué un. Enchantée, elle m’a proposé de faire une « présentation » dans une garderie… J’ai renouvelé l’expérience dans une école à Sauternes. Cela m’a rappelé
avec bonheur mon parcours d’instituteur. J’interviens pour l’école Jacques Prévert. Mireille-Delprat Virol, directrice, m’a demandé de fabriquer des totems pour matérialiser l’entrée du jardin « Agenda 21 » de l’école.

Tout cela permet de montrer aussi des jouets authentiques aux enfants, aux antipodes des consoles de jeux, virtuelles, de leur montrer qu’on peut fabriquer ses propres jeux…
Ils sont souvent très heureux de partir à la découverte du monde, des matériaux (argile, boue), de créer… un des secrets du bonheur ! A 64 ans, je souhaite continuer aussi longtemps que je le pourrai. »


Courriel : aldaney@orange.fr